Des lieux de coworking, la RĂ©gion se met dans le mouvement.

Avec 12 millions d’habitants, la région Île-de-France est fortement marquée par les migrations pendulaires domicile-travail, qui représentent plus de 30 % de l’ensemble des temps de déplacements et 41 % des distances parcourues. Le déploiement de tiers lieux est considéré comme une priorité régionale. C’est un sujet partagé et porté par de nombreux acteurs publics et
privés car il permet de répondre à plusieurs enjeux :
• émergence de nouveaux modèles d’entreprises et de
nouvelles formes de travail
• développement économique rééquilibré entre les
territoires de la RĂ©gion
• aménagement et organisation du territoire repensée
pour réduire la pollution liée à la voiture et limiter
l’engorgement des transports publics.
La Région soutient en priorité la création de tiers lieux en grande couronne. Aujourd’hui, plus de la moitié de ces espaces sont concentrés dans Paris (324 sites). La grande couronne n’en compte que 125, soit environ 20 % de l’offre francilienne disponible. La Région a donc décidé dès juin 2016 de répondre à ce déficit et de mailler l’ensemble de son territoire.
621, c’est le nombre de tiers-lieux que compte l’Île-de-France aujourd’hui, d’après une étude de l’Institut d’aménagement et d’urbanisme (IAU). L’offre actuelle se caractérise par une hybridation croissante des fonctions des tiers-lieux. Une pépinière ou un centre d’affaires peuvent par exemple également accueillir un espace de coworking.
Parmi ces tiers-lieux, on dénombre :
143 télécentres ou centres d’affaires
174 espaces de coworking
87 fablabs
217 structures d’accompagnement des entreprises (incubateurs, pépinières ou hôtels d’entreprise, par exemple).